La Tête pendulaire par Jean FYOT

La tête pendulaire

 Pour utiliser un long téléobjectif dans de bonnes conditions, il est important de choisir une “rotule”  assez rigide pour supporter le poids de la bête !
Attention aux modèles bas de gamme, souvent la rigidité et la fluidité et la longévité ne sont pas au rendez vous.
En  photo c’est comme en HIFI la performance de l’ensemble correspond au maximum que peut donner l’élément le plus faible. Il est donc préférable d’investir dans un bon trépied et une bonne rotule.

Réglage de la tête pendulaire

Même avec un gros téléobjectif (de type 300 mm f/2,8, à  800 mm f/5,6), il est possible de régler très facilement la tête pendulaire afin d’obtenir un équilibre parfait de l’ensemble boitier, objectif.

. Équilibré au point que l’on ne ressente absolument plus le poids de l’ensemble,
. Équilibré au point que vous n’ayez même pas besoin de serrer quoi que ce soit pour   que l’objectif reste pointé dans la direction que vous décidez de lui donner (que ce     soit vers le haut ou vers le bas),
. Équilibré enfin au point que vous puissiez déplacer votre système de bas en haut ou   de gauche à droite d’un seul doigt !

Déplacer un ensemble de plus de 5Kg avec un doigt, ce n’est pas qu’en rêve!

Présentation générale:      

Une tête (ou rotule) est dite de type pendulaire  lorsqu’elle se fonde sur un système de balancement pour les mouvements verticaux de l’objectif (vers le haut ou vers le bas) et peut pivoter à gauche ou à droite sur 360° sur son axe de rotation.
Elle est souvent dotée d’un système de fixation de type Arca-Swiss, commun à la très grande majorité des autres solutions haut de gamme proposées en terme de têtes de trépied (toutes les rotules renommées emploient ce système, ce qui est bien pratique).
Il s’agit d’un système de glissière sur lequel on va déposer le plateau (à la norme arca-swiss) préalablement fixé au collier de pied de l’objectif.
Dès que le plateau est en place, il suffit alors de visser la vis de l’étau rapide jusqu’à ce que la mâchoire en acier bloque ce dernier dans la glissière.

Le plateau (ici le PL 100) propose par ailleurs une sécurité supplémentaire pour éviter toute mauvaise surprise en cas de serrage insuffisant.
Il s’agit de deux petites vis venant se placer à chaque extrémité du plateau et qui permettent de retenir l’objectif lorsqu’il glisse dans un sens ou dans un autre.
Placées sur l’axe central, elles vont venir se loger dans un évasement au centre de la glissière et bloqueront le tout dès qu’elles arriveront en butée au milieu de cette dernière.

(Voir les flèches présentes sur les photos ci-dessus). 

Vu le prix des objectifs amenés à être montés sur un système pendulaire, on apprécie ce genre de petits détails pouvant sauver plusieurs milliers d’€uros d’investissement…

Les performances d’une rotule pendulaire reposent sur deux réglages essentiels:

. Le point d’équilibre de votre système (reflex+objectif),
. Le centre de gravité de l’objectif en lui-même.
Voici une présentation en image avec les trois principales molettes de réglage que vous serez amené à manipuler sur le terrain pour réaliser ces réglages :

­ Il est à noté que la position des molettes dépend des fabricants. On trouve souvent les molettes de réglage du balancier et de la rotation du même côté.

 1 => Molette permettant de régler la tension du balancier et au besoin de le bloquer dans une position
2 => Molette permettant de régler la tension de l’axe de rotation horizontal et au besoin de la bloquer dans une direction donné.
3 => Système d’attache rapide de type Arca-swiss permettant de fixer le plateau installé sur votre objectif

Le réglage du point d’équilibre:

 
Le premier réglage à réaliser consiste tout simplement à trouver le point d’équilibre de votre système en répartissant le poids de l’ensemble pour éviter que ce dernier ne plonge vers l’avant ou vers l’arrière et ce, même si le serrage du balancier est laissé libre.

Pour se faire, on va justement laisser le balancier totalement libre en terme de serrage, desserrer légèrement le système d’attache rapide afin de permettre au plateau de glisser dans l’étau et enfin, on va rechercher ce fameux point d’équilibre en faisant glisser le système vers l’avant ou vers l’arrière.

Voir l’exemple vidéo. (https://youtu.be/hqVEW3VE9qQ)

(Attention! ne pas lâcher l’objectif sans précautions, cela évitera un basculement intempestif qui pourrait se traduire par un choc violent sur le trépied)

Une fois le point d’équilibre trouvé, on va simplement resserrer l’attache rapide pour bloquer le tout.
On se retrouve ainsi avec un ensemble reflex/objectif parfaitement équilibré dans la position de base, sans même avoir besoin d’utiliser les molettes de serrage de la tête pendulaire.

On peut passer maintenant au réglage du centre de gravité.

Le réglage du centre de gravité:

Si vous utilisez  toujours le même objectif, ce réglage ne sera à faire qu’une fois puisque tout repose sur l’objectif en lui même.

La tête pendulaire comporte deux parties indépendantes:

. Une pièce mobile comportant l’étau au standard Arca-Swiss sur lequel on va pouvoir fixer l’objectif.
. Un bras oscillant doté d’une glissière permettant de faire coulisser la pièce étau, de haut en bas et de la serrer à une hauteur donnée via une vis papillon.

L’objectif étant déjà monté sur la pièce comportant l’étau on peut déjà se faire une idée de sa position par rapport à l’axe de rotation du balancier (photo en bas à gauche).
Il faut ensuite faire coulisser verticalement la pièce mobile comportant l’étau jusqu’à ce que le centre de l’objectif soit très légèrement au dessus de l’axe de rotation du balancier (photos centre et droite).
On resserre alors la vis papillon.

Pour contrôler le réglage du centre de gravité, toujours sans serrer la vis de blocage du bras oscillant, on va par exemple pointer l’objectif vers le haut (d’un angle d’environ 30°), le lâcher avec précaution, et observer sa réaction:
. Si l’objectif reste dans la même position que celle où vous l’avez lâché, c’est que le réglage est parfait
. Si l’objectif continue de monter après que vous l’ayez incliné vers le haut, cela signifie que ce dernier est placé un peu trop haut par rapport à l’axe de rotation du balancier.
. Si au contraire, l’objectif commence à piquer du nez, cela signifie que ce dernier est placé un peu trop bas par rapport à l’axe de rotation du balancier.

Dans les deux derniers cas, il faudra reprendre le réglage du centre de gravité.

Dans le cas illustré par les photos, avant de toucher au réglage du centre de gravité, j’ai pu constater que l’axe de l’objectif se trouvait déjà très légèrement au dessus de l’axe de rotation du balancier (photo de gauche).
Un premier contrôle m’a pourtant indiqué que l’objectif était trop bas (il piquait du nez lorsque je le lâchais).
Je n’ai eu qu’à remonter la pièce mobile de quelques mm pour atteindre le centre de gravité idéal.
Sur la photo de droite, la longueur du réglage effectué apparaît en rouge, et la distance entre l’axe de rotation du balancier et l’axe de l’objectif, apparaît en jaune.
Après ce réglage, l’objectif reste dans sa position, quelque soit l’inclinaison que je lui donne.

Voir la vidéo => https://youtu.be/-j8ml5kU21A

 

 

Retour à l’Acceuil